Le bois, acteur de l’économie

Les métiers de la filière Forêt-Bois sont porteurs d’avenir

Le secteur offre une grande diversité de métiers.
Il génère plus de 400 000 emplois directs et indirects2 :
gestion forestière et exploitation, transformation du bois, bois construction, bois énergie, mobilier et métiers d’art pour tous les niveaux de formation, du CAP aux écoles d’ingénieurs, en passant par les universités.

Les métiers du bois nécessitent de l’excellence tout au long de la chaîne de production, c’est pourquoi pérenniser les compétences et assurer la transmission des savoir-faire au travers des métiers de la filière Forêt-Bois est un enjeu primordial.

En parallèle, la filière souhaite favoriser la compétitivité des entreprises et notamment celle des TPE et PME, via la mise en place de dispositifs de provision pour investissements

le bois sera encore mieux reconnu en 2017 par le secteur de la construction3

40% des entreprises interrogées dans le cadre de l’Enquête nationale de la construction bois souhaitent embaucher en 2017 !
L’étude révèle les tendances positives des secteurs des logements collectifs et des extensions-surélévations de maisons individuelles.

Ceci s’explique notamment par la résistance mécanique et les qualités d’isolation thermique du bois, mais aussi par sa rapidité de mise en œuvre et sa légèreté qui en font un bon candidat pour les constructions et les extensions en surélévation, notamment les “dents creuses”.

 

Les qualités mécaniques du bois autorisent des portées plus grandes et des murs moins épais. Résultat : à emprise égale, la construction gagne de 4 à 6 % de surface utile, soit 8 m2 supplémentaires pour une surface brute de 120 m2 !4

La mixité du bois avec d’autres matériaux (béton, verre, pierre ou acier) permet aussi de répondre aux exigences les plus élevées du marché.

 

La construction d’immeubles de grande hauteur en bois se développe actuellement en France, comme chez ses voisins européens. Les projets architecturaux se multiplient, comme par exemple, un ensemble de 17 étages prévu dans la ZAC Belcier à Bordeaux.

la production de bois en france permet la création d’emplois non-délocalisables,
des services de proximité et moins de transport

L’utilisation et la transformation de la matière première bois à proximité de son lieu de récolte permet de développer l’activité de l’ensemble de la chaîne de production de la filière Forêt-Bois. Son utilisation en circuit court permet également de minimiser les transports et de limiter l’émission de gaz à effet de serre.

utiliser le bois français, c’est adopter une énergie
renouvelable intégrée à l’économie locale

Le bois représente 40 % des énergies renouvelables produites en France : c’est plus que l’hydraulique, l’éolien, le solaire, le biogaz et les déchets urbains réunis5 ! 7.4 millions de résidences sont équipées d’un chauffage au bois6. Près de 400 000 logements disposent d’un chauffage et d’eau chaude sanitaire au travers des réseaux de chaleur au bois7.
Le bois énergie contribue à l’indépendance énergétique de la France en limitant les importations d’énergie fossile pour 9.7 millions de tonnes d’équivalent pétrole8 soit environ 6 milliards d’euros. Produit et consommé dans les territoires, le bois énergiecontribue à l’économie locale. Sa collecte, son conditionnement, son transport et son exploitation représentent un marché de 3.5 milliards d’euros et plus de 10 000 emplois locaux et non délocalisables (données 2014)9, Le bois énergie crée 3 à 4 fois plus d’emplois que les énergies fossiles10.

la forêt est aussi une valeur qui intéresse les investisseurs

Cet investissement intéresse les investisseurs de long terme, attachés aux biens réels en prise directe avec l’économie. En 2016, le marché est en pleine expansion tant en nombre de transactions que de capitaux mobilisés.